Le bonheur, est un moment vécu, peut être un rêve, un beau sûrement. Qui de nous n’a pas senti, rien que pour un instant, ce sentiment sublime, de joie, d’épanouissement, de bonheur ?

A qui doit-on ce sentiment ? ou à quoi ? je dirais, à nous-même, et que cette personne ou cet objet ; reste un sacré moyen pour qu’on effleure ce sentiment magique.

Le bonheur, reste un mystère que la majorité de nous présume l’avoir résolu, voir même l’avoir dans leurs poches.

Les uns le trouvent dans leurs millions et milliards de dollars, les autres le lient à la présence dans leurs vies d’un proche qu’ils aiment, d’autres le trouvent dans leur travail, et le revenu humain prodigieux.

Le sentiment de bonheur, est presque toujours accompagné d’un autre sentiment frustrant c’est la peur de perdre ce gain, ce qui complique nos sentiments, et nous empêche de contempler tous ces merveilles.

Pour moi, le bonheur, a été souvent synonyme de gloire et de réussite, ce qui fait qu’il était limité dans le temps. Et je me trouvais à chaque fois obligée de combattre à nouveau pour l’adjuger.

Ce qui fait que j’étais et je suis toujours à la recherche du bonheur pour mon bien et surtout pour le bien de mes parents.

Si le Larousse définit le bonheur comme « un état heureux ; joie chance, circonstance favorable, par hasard , par chance », moi je pense que c’est le fruit d’un travail laborieux qui dure des jours des mois pour un instant de bonheur ; c’est ça le mystère du bonheur que personne n’a pu dévoiler.

Asma Elaarkoubi

01/02/2002